Une police humaniste?

BELGIQUE ‚Äļ BRUXELLES - 2011

Frédéric Pauwels

Courses-poursuites sur l'autoroute, émeutes dans les quartiers chauds de la capitale, attaques de commissariats, coups de feu mortels...L'actualité ne dément jamais le vieil adage: pour être flic, il faut le vouloir. Le quotidien des policiers est souvent stressant: meurtres, suicides, accidents, violence conjugale, etc. Sans compter le risque des représailles, une fois l'uniforme ôté. Et aussi l'image pas toujours flatteuse de la profession. Alors pourquoi tant de jeunes veulent-ils encore devenir flic? Ils sont plusieurs centaines à se présenter, chaque année aux épreuves de sélection de l'Ecole régionale de police de Bruxelles (ERIP), le plus grand centre de formation du pays.

Texte de Thierry Denoël pour le Vif-L'Express

+ lire la suite retour
"J'en r√™ve depuis mes 8 ans, se souvient le sourire aux l√®vres Gr√©gory, aujourd'hui √Ęg√© de 19 ans. J'ai pass√© les tests de s√©lection avant m√™me d'avoir termin√© ma r√©tho." Depuis une bonne dizaine d'ann√©es, la formation des policiers est devenue solide: 5 mois pour les agents de police (qui ne porteront ni arme ni matraque), 12 mois pour les inspecteurs de police. Sans compter trois stages dans un commissariat du pays. Les futurs inspecteurs de police porteront pendant toute la dur√©e de leur formation des pistolets en plastique avant de suivre la formation avec les armes r√©elles. "Il y a de plus en plus de femmes chez les policiers. Et tant mieux. La police doit refl√©ter la diversit√© de la soci√©t√©." Cette ann√©e, pr√®s d'un tiers des 300 √©l√®ves de l'ERIP sont de sexe f√©minin. Une proportion qui ne cesse d'√©voluer. Un policier ne menotte pas un dangereux suspect n'importe comment: il doit d'abord le ma√ģtriser. L'approche arm√©e d'un suspect se fait √©galement avec la prudence requise et le renfort de son coll√®gue pr√©sent en arri√®re. C'est la vari√©t√© du boulot qui attire surtout les candidats. Ainsi Jean-Yves, 38 ans, qui a travaill√© de longues ann√©es √† la s√©curit√© dans un h√īpital psychiatrique: "J'en avais marre de la routine, avoue-t-il. J'ai envie de plus d'action." Les Rambo sont toutefois vite rep√©r√©s. "Le gars qui frappe avec la bave aux l√®vres, je le prends tout de suite √† part pour mettre les choses au point, explique Patrick Brugeman, instructeur pour la manipulation de matraques et boucliers lors des manifestations. "Quand j'entends mes parents s'inqui√©ter √† l'id√©e de perdre leur job, la stabilit√© de l'emploi √† la police est un √©l√©ment important" reconna√ģt C√©dric, 21 ans. La pr√©sence dans les formations polici√®res des m√©decins urgentistes s'est renforc√©e suite au constat de l'impuissance des policiers √† donner les premiers secours. "Souvent, ce sont les policiers qui arrivent les premiers sur les lieux d'un accident, les premi√®res minutes sont importantes pour sauver une vie!" Outre la th√©orie, toutes les situations pratiques sont envisag√©es durant la formation: sc√®nes de crime, sauvetage √† la noyade, accident de roulage, r√©daction d'un proc√®s-verbal et aussi l'administration d'alcootest comme cet instructeur jouant le r√īle du conducteur ivre √† la surprise son √©l√®ve. A la surprise g√©n√©rale des √©l√®ves, l'instructeur affiche un taux d'alcool√©mie de plus de 0,5 g d'alcool par litre de sang (ou 0,25 mg par litre d'air expir√©), ce qui correspond approximativement √† deux verres standard de vin. Le taux d'alcool de l'instructeur a √©t√© gonfl√© gr√Ęce √† l'absorption de quelques pralines "Mon Ch√©ri" Formation au roulage. L'attitude des conducteurs est √©tudi√©e par les √©l√®ves. L'√©preuve de s√©lection physique a pourtant √©t√© revue √† la baisse: moins de 3 minutes trente pour r√©aliser un parcours d'obstacles. Un candidat sur six √©choue. "C'est la g√©n√©ration jeux vid√©o, d√©plore un instructeur. Les jeunes d'aujourd'hui sont moins r√©sistants physiquement." "Lors des √©preuves sportives, les filles montrent tout ce qu'elles ont dans le ventre pour prouver leur place √† leurs homologues masculins" confie l'instructeur. Lorsque les √©l√®ves quittent l'√©cole en peloton pour rejoindre le stand de tir du Triton, √† 800 m√®tres de l√†, ils se font accueillir par les "poulets" ou "sales flics" des √©l√®ves, en majorit√© d'origine nord-africaine, de l'ath√©n√©e royal d'Evere voisin.Les √©l√®ves policiers eux-m√™mes d'origine maghr√©bine sont parfois consid√©r√©s comme des "traitres". Le sauvetage fait aussi partie du boulot du policier. Cela requiert d'√©videntes qualit√©s physiques. Suite √† ces formations, de plus en plus de vies sont sauv√©es depuis plus de 10 ans. Le sauvetage du mannequin au fond de la piscine est une √©preuve tant redout√©e par les candidats policiers. La s√©curit√© est la premi√®re r√®gle du policier en formation: le pistolet contre le ventre point√© vers le sol et le doigt hors de la d√©tente. 4 moniteurs pour 20 √©l√®ves, 50 heures d'exercices: la formation au tir est s√©rieuse. Certains ont une appr√©hension vis-√†-vis des armes, et ce ne sont pas forc√©ment des filles. La ma√ģtrise de l'arme (son poids, le recul) s'apprend progressivement avec l'aide d'une pi√®ce de 50 cent sur le bout du canon. Sur les cibles, la zone du coeur vaut 6 points, celle du ventre, de la poitrine ou de la t√™te valent 5 points. On ne fait pas forc√©ment un carton la premi√®re fois... "La manipulation de l'arme est moins facile pour les filles, reconna√ģt Elodie, 22 ans. Nous avons moins de force dans les mains. Mais cela n'emp√™che pas certaines de tirer mieux que les gar√ßons!" Lors de la formation, les √©l√®ves sont mis √† rude √©preuve. Y compris sur le plan psychologique. "Beaucoup d'entre nous perdent leur petit copain ou petite copine pendant l'ann√©e, t√©moigne Elodie qui a v√©cu le cas. On s'implique √©norm√©ment dans le m√©tier, on est crev√© √† la fin de la journ√©e, on attrape des r√©flexes de policier comme regarder tout le temps l'heure... Je reconnais que ce n'est pas simple de nous suivre pour la personne avec qui on vit." "Le taux de r√©ussite dans notre √©cole est d'environ 98%, se r√©jouit le commissaire Francis Peetroons, directeur de l'ERIP. L'√©cr√©mage se fait surtout lors des tests de s√©lection que ratent 80% des postulants." Les instructeurs se montrent plus circonspects sur la motivation de leurs pupilles. "Il y a vingt ans, on rentrait pour √™tre flic. Aujourd'hui, on vient √† l'ERIP parce qu'on cherche du boulot", constate le commissaire de Lelys, moniteur de tir depuis 28 ans. Epreuve d'arrestation lors d'un cambriolage dans une classe sp√©cialement d√©cor√©e pour l'exercice. La r√©daction du proc√®s-verbal avec une victime jou√©e par un candidat est √©tudi√©e par deux instructeurs en retrait dans la pi√®ce. "Il est important de poser les bonnes questions et de ne pas n√©gliger les indices" confie un instructeur. Autre exercice: un instructeur joue le r√īle d'un mari violent. "J'aime le c√īt√© social du job confie Julie, 23 ans pourtant dipl√īm√©e d'assistante sociale mais a pr√©f√©r√© mettre ses talents au service des forces de l'ordre. Une partie importante de la formation pratique est consacr√©e √† la gestion et √† la dispersion de manifestations, avec la cavalerie, les chevaux de frise, l'autopompe ou tout simplement √† l'aide de matraques et de boucliers. La formation consacr√©e √† la gestion et √† la dispersion de manifestations se d√©roule √† la caserne militaire de Peutie. L'√©quipement est √©tudi√© minutieusement par les √©l√®ves. Un √©quipement mal mis peut √™tre dangereux lors des jets aux cocktails Molotov "Le gars qui frappe avec la bave aux l√®vres, je le prends tout de suite √† part pour mettre les choses au point, explique Patrick Brugeman, instructeur pour la manipulation de matraques et boucliers lors des manifestations. Ici, on apprend √† ma√ģtriser la violence et non le contraire." Bapt√™me au gaz lacrymog√®ne pour les candidats apr√®s leur journ√©e d'apprentissage √† la caserne de Peutie. Bapt√™me au gaz lacrymog√®ne pour cette √©l√®ve de l'ERIP. "Policier, c'est comme prof: de toute fa√ßon, ceux qui n'aiment pas ne tiendront pas le coup, pr√©dit Michel, instructeur pour le cours d'intervention. La police est la profession o√Ļ le taux de suicides est le plus √©lev√©." Les √©l√®ves le savent: la vraie formation aura finalement lieu sur le terrain.
retour   prev ## / ## next