Conduite Ă  l'aveugle

BELGIQUE â€ș SPA-FRANCORCHAMPS - 2012

Frédéric Pauwels

Douze déficients visuels, 7 français et 5 belges se sont donné rendez-vous sur le mythique circuit de Spa-Francorchamps pour un stage de conduite automobile à l'initiative de Luc Costermans, fondateur de l’asbl "Les non voyants et leurs drôles de machines".

Etre aveugle et piloter une voiture, voila une expérience qui semble impossible à réaliser et pourtant selon la célèbre expression: ils l'ont fait!

+ lire la suite retour
Sur le circuit de Spa-Francorchamps, douze dĂ©ficients visuels, 7 français et 5 belges, se retrouvaient donc sur l'anneau ardennais Ă  l'initiative du bruxellois Luc Costermans, aveugle depuis 2004 et crĂ©ateur de l'asbl "les non voyants et leurs drĂŽles de machines" "nous sommes exclus de cette sociĂ©tĂ© qui se construit autour de l’automobile. Cet exercice sur l’un des plus beaux circuits du monde nous permet de vivre des sensations que la plupart des gens ne ressentent mĂȘme plus car elles font partie de leur quotidien" En 2008, Ă  308 km/h, Luc Costermans assistĂ© de son copilote voyant Guillaume Roman, est devenu l’aveugle le plus rapide du monde aprĂšs avoir battu le record d’un anglais qui avait atteint les 268 km/h en Bmw M5 Le record s’était dĂ©roulĂ© sur la plus longue piste d’aviation d’Europe oĂč il a rĂ©ussi Ă  atteindre la vitesse de 308,78 km/h aprĂšs 3 tentatives. Luc Costermans, aveugle depuis son accident en 2004, n'a pas renoncĂ© Ă  vivre Ă  plus de 100 Ă  l'heure. Cet ancien pilote de rallye a battu huit records du monde pour non-voyants: 93 km/h en quad, 450 km en hors-bord, distance et durĂ©e de vol en avion. Le sport automobile se fĂ©minise mĂȘme dans le handicap, puisque 5 reprĂ©sentantes de la gente fĂ©minine Ă©taient prĂ©sentes et ne laissaient pas leurs parts aux hommes. La confiance entre le pilote et le copilote est dĂšs lors primordiale. « La question de la confiance est essentielle dans la vie quotidienne de tout non-voyant » Pour aider les pilotes Ă  se repĂ©rer, le circuit de Spa Francorchamps a Ă©tĂ© gravĂ© dans une plaque en bois. "Cela permet d’avoir une bonne idĂ©e d'un angle de virage Ă  180° par exemple" prĂ©cise Yann Tondu (40 ans) de Jemappes. Les organisateurs ont mĂȘme prĂ©vu le plan du circuit en relief pour les aveugles. "Tout cela est possible grĂące au binĂŽme pilote et moniteur. Il faut qu'on se fasse confiance l'un et l'autre sinon cela ne peut pas fonctionner. Le non-voyant dans la voiture s'oriente comme s'il Ă©tait devant un cadran d'une montre. "Axe! Droite 5! Droite 10!" sont les directives donnĂ©es par les deux moniteurs d'auto-Ă©cole prĂ©sents ce jour-lĂ . "Axe" indique que l'on doit rouler tout droit. Un "gauche" signale un bref coup de volant Ă  donner de ce cĂŽtĂ©. "Droite 5" comme 5 minutes donne un virage Ă  amorcer lĂ©gĂšrement. "Droite 10" annonce un virage plus accentuĂ©. L'association compte 41 membres en France. Cette association existe pour permettre aux non-voyants et aux mal voyants de se dĂ©passer et rĂ©aliser des projets qui ont un rapport avec le dĂ©placement mĂ©canique motorisĂ©, ce qui aux "yeux" des voyants paraĂźt totalement impossible AprĂšs les premiers tours, la complicitĂ© avec les moniteurs se renforce. Dans l'aprĂšs midi, tous les participants franchiront largement les 80 km/h. Une solidaritĂ© entre les non-voyants s'est installĂ©e depuis des annĂ©es grĂące aux effort de Luc Costermans qui se bat pour une meilleure intĂ©gration et un meilleur avenir pour les aveugles. Yann a depuis toujours aimĂ© les sports-moteurs et a l'habitude d'approcher des voitures d'exception " J'ai Ă©tĂ© souvent spectateur des courses sur le circuit et pouvoir enfin rouler sur le circuit de Spa-Francorchamps est l'un des plus beaux jours de ma vie mĂȘme si j'ai dĂ©jĂ  vĂ©cu d'autres expĂ©riences fortes comme piloter un avion." Yann aborde la pit-lane de Spa-Francorchamps avant de rĂ©aliser son rĂȘve de toujours: rouler sur le plus beau circuit du monde. RĂ©cemment engagĂ© dans une entreprise, Yann a acceptĂ© son nouveau travail Ă  une condition: lui laisser la possibilitĂ© de venir sur le circuit aujourd'hui. "Il faut avoir une totale confiance en son moniteur et pour bien recevoir les informations, il est important qu'on se sente en sĂ©curitĂ©" Philippe (54 ans), non-voyant suite Ă  un accident de chasse a fait le dĂ©placement de Montpellier. Il a dĂ©jĂ  tentĂ© l'expĂ©rience de conduire une voiture sur un parking d'hypermarchĂ©. Philippe prend ses repĂšres avec la voiture, ses fonctions pour ensuite travailler les mouvements de base, comme tourner, accĂ©lĂ©rer ou freiner. "Toucher la voiture du bout des doigts me permet de mieux la visualiser et aussi dĂ©terminer l'espace qui m'entoure." L'expĂ©rience pour Philippe est un rĂ©el bonheur "Cela rehausse l'estime de soi" “Je fais partie de l’association française des “Non-voyants dans leurs drĂŽles de machines ” depuis deux ans maintenant ”, explique Philippe Detraux. “L’an passĂ©, Luc Costermans, qui fait partie de l’association, avait dĂ©jĂ  organisĂ© cette journĂ©e-lĂ , mais je n’avais pas pu y participer pour raisons mĂ©dicales. ” La course automobile n’est pas un de mes hobbies. Je prĂ©fĂšre plutĂŽt le foot. Le circuit de Francorchamps, je ne connais pas du tout, hormis par les mĂ©dias, qui disent que c’est le plus beau circuit du monde. Mais on va l’apprendre grĂące Ă  un plan adaptĂ©. Cette expĂ©rience permet aux non-voyants de ressentir des sensations que la plupart des gens ne ressentent plus car elles font partie de leur quotidien. "Nous sommes exclus du monde de l'automobile dans notre quotidien. Ce type d'Ă©venement nous permet d'approcher, de toucher du bout des doigts et des pieds le monde des voyants" Je n’apprĂ©hende pas du tout l’expĂ©rience, mĂȘme si je n’ai pas trop l’habitude de rouler. J’ai dĂ©jĂ  fait des stages de conduite, mais je n’ai pas fait beaucoup d’heures. On n’a tout de mĂȘme pas un permis Ă  passer. Et la course automobile n’est pas un de mes hobbies. Je prĂ©fĂšre plutĂŽt le foot. "Bien que j'Ă©tais fort stressĂ©e au dĂ©but, on ressent vraiment un sentiment de libertĂ©" confie Isabelle, dĂ©ficiente visuelle. "La concentration est la seule difficultĂ©, il faut ĂȘtre trĂšs attentif aux directives du co-pilote. MalgrĂ© qu'on soit aveugle, on sent malgrĂ© tout quelques obstacles comme les murs comme une sensation de se sentir pressĂ©e!" RaphaĂ«l Brendle (26 ans), alsacien et grand fan de Schumacher et de Ferrari. "Jamais, je n'aurais jamais imaginĂ© un jour conduire sur un circuit de Formule Un, c'est une immense joie pour moi de rouler sur les traces des grands pilotes comme Schumacher!" Les mains sur le volant et la concentration au maximum, RaphaĂ«l aborde le plus beau virage du monde: Le Raidillon. Les voitures sont munies d'un second pĂ©dalier du cĂŽtĂ© du moniteur afin de reprendre le contrĂŽle de la voiture Ă  tout instant. Une sĂ©curitĂ© qui n'a pas du ĂȘtre utilisĂ©. RaphaĂ«l a perdu la vue suite Ă  une tumeur du cerveau. MalgrĂ© ce handicap, il entame dĂ©fi sur dĂ©fi. DĂ©jĂ  champion de France d'escrime, il participera le mois prochain Ă  des compĂ©titions de ski. Lors de la troisiĂšme boucle , RaphaĂ«l mis tout le monde d'accord avec une vitesse de pointe Ă  plus de 120 km/h dans le double gauche de Blanchimont. En fin de journĂ©e JosĂ© Close, pilote professionnel, emmena tout ce petit monde pour un baptĂšme de piste en Renault MĂ©gane RS de 250 cv, prĂȘtĂ©e par les organisateurs du circuit ardennais. A la fin de la journĂ©e, Luc s'emparait de la Renault pour quelques boucles et poussait la voiture Ă  plus de 175 km/h dans la ligne droite avant "les Combes", amĂ©liorant ainsi son record de piste de plus de 30 km/h ! Luc Costermans rĂȘve de revenir Ă  Spa-Francorchamps, mais en lever de rideau du Grand-Prix de Formule Un et cette fois-ci aidĂ© par un systĂšme qui recalcule en permanence les trajectoires et les vitesses. Un systĂšme donnant des indications sur la route par synthĂšse vocale. Un bel avenir en perspective pour les personnes non-voyantes. La prochaine Ă©tape Ă  franchir pour l'association: permettre aux personnes aveugles de piloter un avion.
retour   prev ## / ## next